En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre entité ainsi que par des tiers afin de vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts, la possibilité de partager des articles sur les réseaux sociaux, et la réalisation de statistiques d'audiences. Plus d'informations sur les cookies

 

LE PASSEPORT MOTOCYCLISTE UFOLEP

La mise en oeuvre s'est faite rapidement (sur cette saison sportive) mais sans précipitation car la CNS Moto

avait expérimenté son utilisation depuis plusieurs années notamment lors du Super Trophée de France de

Moto cross et sur la région Rhône-Alpes pendant une année.

Le Comité Directeur a adopté sa généralisation lors de sa réunion de décembre en faisant porter l'obligation

pour la saison 2012 sur la compétition. Cette décision faisait suite au projet figurant dans le programme

d'actions de la CNS Moto. Certes elle a été prise rapidement mais il y avait nécessité au vu du déroulement

de la saison précédente de rendre les contrôles techniques systématiques et surtout visibles. Pour rappel la

FFM a délégué des personnes mandatées sur plusieurs manifestations UFOLEP, conformément à la

convention de 2009 pour constater de la réalité de la mise en oeuvre des contrôles techniques. Nous avons

failli nous trouver en situation de blocage ; c'est à dire d'annulation de manifestation dans plusieurs cas.

Notre crédibilité vis à vis de la Fédération est amoindrie par rapport à ces situations limites qui ne peuvent

perdurer.

L'utilisation du passeport technique est un moyen de rendre visible et quantifiable les contrôles réalisés

(rappelons qu'ils sont obligatoires dans les cahiers des charges et la règlementation de l'organisation). Plus

aucune manifestation ne doit y échapper et l'on devrait maintenant plus participant ne peut y échapper. Ce

qui n'est pas facile à faire ! Le passeport motocycliste permet de faciliter ces contrôles en apportant une

traçabilité du suivi de la machine et du pilote : le contrôle portera principalement sur les points litigieux

décelés lors du contrôle précédent. Parallèlement l'utilisation du passeport est pédagogique et éducatif pour

le pratiquant. Celui-ci ne se présente plus au contrôle comme à la guillotine : « ça passe ou ça casse ! ». Le

pratiquant est porteur de son document qui mentionne les points qui nécessitent une amélioration de sa

machine. Il devient alors partie prenante et acteur de la conformité de sa machine et il ne subit plus le

contrôle comme un test pouvant sembler arbitraire.

Pour autant que la décision de généraliser le passeport ait pu paraître rapide, elle n'en est pas moins

progressive car le comité directeur a retenu de la rendre obligatoire pour les compétitions de cette saison

2012. Il est évident que la nécessité des contrôles vaut aussi bien pour les pratiques en entraînement ou en

loisir. Comment concevoir de laisser pratiquer avec une machine non conforme pouvant être dangereuse

pour le pratiquant lui-même ou pour les autres ? Comment laisser pratiquer sans se soucier de pollutions

sonores et de l'environnement sous prétexte qu'il ne s'agit pas de compétition ? Ce serait irresponsable pour

la pérennité de l'activité et pour la sécurité de tous les licenciés. Le passeport facilitera les contrôles sur le

lieu de pratique. Il paraît difficile en effet d'organiser un poste de contrôle technique à chaque entraînement.

Dans ce cas le pratiquant présentera son passeport pour preuve que sa machine a été contrôlée au

préalable (principe des contrôles techniques automobiles) ; ce qui allégera la tâche du club lors de la mise

en place de ses entraînements.

Cette mise en oeuvre nécessite un investissement financier important. Depuis plusieurs années l'UFOLEP

nationale via la CNS forme les référents techniques chargés de former les contrôleurs techniques officiant

sur les manifestations et met à disposition des kits sonomètres pour les régions participant à cette formation.

La formation d'officiels devra s'intensifier pour répondre aux nécessités de la généralisation des contrôles

techniques mais aussi pour répondre aux exigences des assureurs en matière de sécurité : toute pratique

même en entraînement devra se faire en présence d'au moins un officiel qualifié. La protection de

l'environnement nécessitera d'autres frais : tapis environnementaux, études liées à Natura 2000, … Il faudra

pouvoir y faire face pour maintenir nos activités.

Suite au courrier de résiliation de la MAIF, il nous faut trouver des réponses pour diminuer le fort taux de

sinistralité constaté tant en entrainement qu’en compétition, c’est devenu incontournable, le passeport

technique fait partie intégrante du dispositif de sécurisation de la pratique.

Les cotisations demandées pour le passeport (5€ par adhérent et par saison sportive) sont aussi modulées :

réclamées pour la compétition pour la saison 2012, elles seront facturées aux comités départementaux selon

le nombre de licences déclarées avec les codes d'activité moto de la saison N-1 à partir de janvier 2013. Le

comité a alors latitude pour collecter ces cotisations soit dès septembre 2012 au moment de la prise de

licence soit pour la saison d'après dans le même exercice budgétaire année civile.

Ce qui peut paraître précipité est tout simplement rapide en fonction des exigences du contexte actuel et

progressif sur 2 saisons sportives tout en laissant une marge d'exploitation aux comités.

29430 visites

 

a3w.fr © 2018 - Informations légales - motoclub.durtal-lesrairies.a3w.fr